Previous Index Next

 

iv   STATISTIQUE DES PECHERIES

Notice sur les pecheries canadiennes

 

On pent dire sans exageration que le Canada possede les pecheries les plus vastes du monde et que 1'abcrndance, l'excellence et la variete de leurs produits ne sont pas surpassees. La richesse des eaux canadiennes est demontree par le fait que la totalite du saumon, du homard, du hareng, du maquereau et de la sardine, la plus grande partie de l'eglefin et une portion considerable de la morue, de la merluche et du merlan que fore y prend, sont 'Aches clans une zone qui ne s'etend pas d plus de dix ou douze milles du rivage.

Les rives des provinces de l'Atlantique, depuis Grand Manan jusqu'au Labrador, mesurent plus de 5,000 milles, d t'exclusion des anses et echancrures qui les dentellent, tandis que les etendues maritimes qu'elles embrassent comprennent: la Baie de Fundy, avec ses 8,000 milles carres; l'estuaire du St-Laurent, au moires dix fois plus grand, et d'autres eaux oceaniques representant ensemble plus de 200,000 milles carres, c'est-d-dire plus des quatre-cinquiemes des pecheries du nord de l'Atlantique. De plus l'on compte 15,000 milles carres d'eaux interieures, sous le contrO'le absolu du Dominion.

Mais ces vastes etendues ne representent qu'une partie des eaux canadiennes. La Bale d'Hudson, clout les cotes s'etendent sur une longueur de 6,000 milles, est plus grande que la Mediterranee. Sur le Pacifique, le littoral canadien mesure plus de 7,000 milles; ses baies et ses fjords innombrables off rent aux pecheurs une multitude d'abris tres stirs. Enfin, dissemines sur tout le territoire, s'egrene une serie de lacs, couvrant ensemble une superficie de 220,000 milles carres, soft plus de la moitie des eaux douces du globe; dans cette etendue, la part du Canada dans les grands lacs du bassin du St-Laurent, figure pour 84,000 milles carres.

L'abondance et 1'excellence du Poisson sort un facteur de tout premier ordre. Pendant longtemps, la morue et le saumon se sont dispute le premier rang mais, dans les dernieres annees, le homard taut par son volume, que sa cherte a quelquefois relegue la morue au troisieme rang.

On peut considerer la peche clans l'Atlantique sous deux aspects distincts; la peche hauturiere (ou de haute mer) et la peche cotiere. La peche hauturiere est pratiquee par des navires de 40 d 100 tonneaux, monies par des equipages de douze d vingt homilies, qui pechent d la ligne, et aussi par des chalutiers d vapeur d'envrron 150 pieds de longueur. Comme boette, on emploie principalement le hareng, 1'encornet et le capelan et l'on prend de la morue, de 1'egleftn, de la merluche, du merlan et du fietan. Quant a la peche cotiere, elle se fait au moyen de petites embarcations generalement automotrices, que montent deux ou trois hommes et clans de petites barques, ayant de quatre d sept h.ommes d'equipage. Ces pecheurs en bateau font usage de rets d mailles, de chalut et de lignes d main, tandis que ceux qui pechent sur le rivage se servent de pieges on casiers, de seines et de nasses. Les poissons comestibles que fore prend sur la c6.e sont: la morue, la merluche, l'eglefin, le merlan, le fietan, le hareng, le maquereau, le gasparot, 1'alose, l'eperlan, le carrelet et la sardine.

Les plus importances pecheries de homard de l'univers se trouvent tout le long du littoral oriental du Canada, cependant que d'excellents bancs d'huitres existent en maintes parties de l'estuaire du St-Laurent, notaniment d proximite de file du Prince-Edouard.

La peche du saumon predomine sur le littoral du Pacifique, quoique de grands navires, bien equipes, se livrent d une fructueuse peche du. fletan, clans les eaux septentrionales de la Colombie Britannique, la. methode usitee elan' la ligne de fond que l'on tend et que fore releve au moyen de doris, tout comme vela se pratique clans les pecheries en eau 7n•ofonde de l'Atlantique. Le hareng est tres abondant sur la cote du Poe?fique et fournit une inepuisable provision de boette pour la peche du fietan. Dons les lacs interieurs, on peche d l'aide de rets a mailles, d'eperviers, de seines et de lignes ordinaires.


Previous Index Next